Lanzarote, a la découverte des volcans.

5 commentaires

Nous sommes à Lanzarote, une île façonnée par plus de 300 volcans, et plus précisément à la marina d’Arrecife qui se trouve être la ville principale. La ville n’a pas de charme particulier mais la marina est moderne et comporte tous les attrais nécessaire aux voyageurs tel que nous : laverie, douche propres, shipchandler, une boulangerie française, de grandes esplanades pour faire de la trottinette avec magasins et restaurants. Nous y retrouvons l’équipage de CALLINAGO déjà croisé au Maroc et nous faisons la connaissance de PIKAIA une famille française et FRIMOUSSE, un couple de charmants Québécois.

 

Nous louons une voiture, deux jours, pour aller découvrir l’intérieur des terres. Nous nous rendons tout d’abord au parc national de TIMANFAYA, au cœur des 51km² que formes ces Montañas de Fuego. C’est ici qu’eu lieu, en 1730, les éruptions les plus impressionnantes de l’histoire, dévastant plus de 200km² pendant 6 années consécutives. Le paysage est époustouflant, nos impressions sont partagées entre la beauté tourmentée de ces cônes de noir et ocre vêtus et l’épouvant du déchainement de la nature qui a ici régné en maitre. Bien que nous soyons aujourd’hui plus de 300 ans après la dernière éruption, aucune végétation n’est à déplorer. A perte de vue ce ne sont que des nuances de noir, de gris, de brun et de rouge… Un paysage lunaire où la lave a façonné par ces immenses coulées de lugubres silhouettes. La visite du parc se fait en autobus à travers une route sinueuse taillée dans la lave. Tours à tours, nous gravissons des crêtes ayant ainsi un panorama majestueux, nous plongeons entre deux coulés de laves puis nous frôlons les cratères et leurs abymes diaboliques. Blanche nous pose miles questions sur le pourquoi et le comment ; Gabin lui nous signale dès qu’il aperçoit un volcan (soit toutes les 10 secondes environ). La visite est bien animée !! Une fois descendus du bus nous avons droit à quelques expériences spéciales touristes qui cependant ravissent les enfants. Le magma ne se trouvant qu’à 4km sous nos pieds, des employés du parc provoquent un geyser en jetant un seau d’eau dans une sorte de cheminée artificielle puis ils enflamment des brindilles en les enfonçant à 2m du sol.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Nous reprenons la voiture pour continuer notre chemin cette fois ci à travers les vignobles locaux. Ici encore, rien de comparable avec ce que nous connaissons des vignes. Pas de culture intensive, tout se fait à la main et vous aller comprendre pourquoi. La terre est sableuse et noire, chaque pied de vigne est planté dans un petit cratère creusé d’environ 2m de diamètre. Autour de ce trou et en épousant les pourtours, est érigé un petit mur de pierre pour protégé le sep du vent. La vue d’ensemble est assez jolie et surtout très originale.

Le lendemain, nous nous rendons cette fois plus au Nord de l’île jusqu’au « mirador del Rio » pour contempler de haut l’île de la graciosa. Le panorama est vraiment joli et souligne l’authenticité de l’île, il n’y a que du sable partout !! Nous continuons notre périple motorisé pour nous arrêter cette fois ci aux « Cuevas de las Verdes » D’immenses grottes souterraines crées par les coulées de laves. Nous arpentons 1km de ce labyrinthe de galeries qui en intégralité mesure 7 km jusqu’à la mer.

Nous passons encore quelques journées au port en attente d’une Sans titrefenêtre météo pour descendre plus au sud de l’île au mouillage de Papagayo. Nous y retrouvons l’équipage de VITAVI, une famille que nous avions rencontrée avant notre départ. Ils ont deux petits garçons Ethan (4ans) et Elouen (2ans). Le lendemain, c’est journée plage et autant vous dire que nous n’avons pas beaucoup besoin de nous occuper de nos enfants qui jouent comme des fous, heureux de rencontrer des petits copains du même âge !! Pâtés, baignade, raquettes, roulades, pique-nique, un lundi de rêve lorsque d’autres sont de retour au boulot…

 

Quelle chance de pouvoir vivre autant de merveilleux moments !

 

 

 

 

5 comments on “Lanzarote, a la découverte des volcans.”

    1. Salut Frédé. Nous sommes ravis d’avoir pu égayer ta journée. Bon courage pour affronter la grisaille et la pluie parisienne. Nous t’envoyons plein de baisers ensoleillés des canaries. Bérengère and co.

      J'aime

  1. Hello les Zanzibars ! Article est photos très sympa 🙂 Je vois que vous êtes en route vers l’ouest… De notre côté, on va partir de la Gomera dans quelques minutes pour aller mouiller dans le sud, et/ou vers El Hierro et profiter de la pétole qui s’annonce pour quelques mouillages et plages. A bientôt aux Canaries ou au Cap Vert (on quittera les Canaries vers le 10 je pense ; soit depuis El Hierro, soit depuis La Gomera si on repasse)

    J'aime

    1. Merci Laurent. Nous sommes actuellement en route pour la gomera pour un mouillage que nous allons tenter près du port. Nous esperons que les tensions a bord se sont apaisées et que le CNED bat son plein ;-). Blanche réclame régulièrement Jeanne. On espère vous recroiser rapidement, bises a toute la famille.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s