GIBRALTAR et la rencontre des premiers « Bateaux-Copains »

4 commentaires

Aujourd’hui, Mercredi 21 Juin,  nous passons le détroit de Gibraltar. Un carrefour entre deux continents si différents et entre l’atlantique, ses marrées et la Méditerranée.

Il n’y a pas de vent et une grande partie de la nav se fait au moteur. Arrivés vers le détroit, un fort courant nous propulse à 10Kn. A notre droite nous apercevons la côte Marocaine et à notre gauche l’Espagne. Sur le GPS apparaissent une multitude de point lumineux représentant l’AIS des nombreux cargos et bateaux empruntant cette route.

Sans titre3

Un évènement va, cependant,  durement nous ramener à la réalité géo politique actuelle. Deux ou trois fois retentissent à la VHF un appel de détresse. Nous entendons alors à plusieurs reprises le message suivant en Anglais. Je vous traduis :  « PanPan, PanPan, PanPan, appel à tous, appel à tous, appel à tous, embarcation pneumatique à la dérive avec 54 personnes à bord, position inconnue. Demandons à tous les navires d’exercer une veille attentive et de porter assistance. »  Savoir tous ces migrants si proches et peut être en situation de détresse revêt une réalité bien différente de ce que l’on peut voir chez soi aux informations.

Nous approchons de Gibraltar, pas de doute : des cargos par dizaines au mouillage, en attente à la dérive ou en manœuvre, un gros rocher surplombant à environ 450m.

En entrant dans la baie, nous sommes accueillis par de nombreux dauphins qui comme nous zigzag entre les cargos. Nous mouillons à la Linea de la Conception (Ville Espagnole juste en amont de Gibraltar). Le mouillage est loin d’être un endroit de rêve entre les scooters qui tournent à fond autours de nous, les cargos dans la baie et leur grondement sourd, les odeurs de mazout, les avions qui décollent et atterrissent juste coté et les invasions de moustique, franchement on à vu mieux !! En plus pour descendre à terre, il faut payer à la marina le droit d’y laisser son annexe. Tarif unique que ce soit pour une heure ou à la journée : 5 euros hors taxe !! Je vous fais grasse de la description de cette ville qui n’a vraiment aucun charme.

 

Si nous nous sommes arrêtés ici, ce n’est ni pour la beauté du mouillage, ni pour cette ville Espagnole. Nous voulons visiter Gibraltar, cette enclave Anglaise à la pointe sud de l’Espagne et de l’Europe. De plus nous avons promis aux enfants d’aller voir les singes qui habitent en haut du rocher.

Mais pour entrer sur ce territoire, il faut tout d’abord passer la frontière et montrer patte blanche et papier d’identités surtout coté Anglais. Coté Espagnole, ils semblent plus là juste par principe et sourient gentiment. Après la frontière, il faut encore passer en plein milieu de la piste de l’aéroport, qui, faute de place n’a pu être construit ailleurs !! Ils sont fous ces British !!! A bien y réfléchir, je ne suis pas sûr que l’appellation British soit celle qui corresponde le mieux aux habitants de ce rocher qui sont un curieux mélange d’Anglais et d’Andalous !

Laurent : « Ecoute ils parlent Espagnole entre eux !! »

Moi :  « non ils parlent Anglais, le petit garçon a appelé sa maman Mumy « 

Finalement nous nous mettrons tous deux d’accord en comprenant qu’ils utilisent entre eux une sorte de dialecte mêlant Anglais et Espagnol.

Il nous faut ensuite prendre un téléphérique qui nous emmène en haut du rocher. A peine sortis de la cabine, nous tombons nez à nez avec un gros babouin qui semble s’amuser à voir défiler ce flot incessant de touristes ! Le panorama est impressionnant, sur la ville, la méditerranée d’un côté, le détroit de l’autre, la cote Andalouse et sur le Maroc en face !!

 

Les enfants eux se fiche complètement de cette vue, ils sont plutôt impressionnés par ces babouins, pas du tout sauvages, qui ont su trouver chez le touriste un apport permanant de nourriture en tout genre qu’ils volent sauvagement. Blanche se cache derrière nos jambes et Gabin, pour plus de sureté, réclame à monter dans le porte bébé et s’accroche fermement avec ses mains et ses pieds tel, lui aussi, un petit singe !!

Nous passons ainsi quelques jours, d’une part à attendre un vent d’ouest qui doit souffler prochainement pour nous pousser en Méditerranée et d’autre part à attendre l’arrivée de deux familles qui, elles aussi, partent en voyage en voilier et dont Laurent à fait la connaissance via Facebook. Eux partis de Sète, passent le détroit en direction de l’Atlantique. Nous allons les attendre à la marina pour les accueillir au ponton. Nous nous embrassons chaleureusement tel de vieux amis se retrouvant après une longue période d’absence, sans pourtant nous connaître.

Nous faisons ainsi la connaissance de KAREMO avec à son bord : Olivier, Marine, Guilhem et Philippine. Et GAIA avec Adrien, Marine et Laszlo. Après s’être toisé pendant quelques minutes, les enfants sont ravis de rencontrer des camarades de jeux et s’empressent de se montrer les leurs. Ils passent d’un bateau à l’autre ayant tous de même une préférence pour KAREMO (le plus gros) sur lequel a été installé pour l’occasion : piscine dans le cockpit et cabane à l’avant !! En plus on y sert à manger !! Blanche et Gabin, tel deux piques assiettes, s’empressent de finir les repas laissés en plant par leurs copains. Quant à nous les adultes nous nous recevons à tour de rôle pour apéro, déjeuner ou diner. L’ambiance est à la fête d’autant plus que cette rencontre coïncide avec l’anniversaire de Laurent, raison de plus pour en profiter !!

 

Cette rencontre est un merveilleux moment d’échange et de partage. Les enfants entre eux sont fiers de se montrer ce qu’ils savent faire sur le bateau, s’accrocher aux bouts pour se balancer, grimper… Laurent ne peut s’empêcher d’aller bricoler chez les voisins, et de partager ses cartes marines informatiques. En échange nous recevons un guide côtier des Baléares ainsi que des conseils sur ses plus beaux mouillages. Merci les copains !!

Malheureusement il est déjà temps de se quitter en se faisant la promesse de se retrouver prochainement aux Canaries, au Cap vert ou aux Antilles…??

IMG_5855

 

 

 

4 comments on “GIBRALTAR et la rencontre des premiers « Bateaux-Copains »”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s