Une descente sous les alizés Portugais

Pas de commentaire

 

Le 2 Juin 2017

Nous quittons Lisbonne en début d’après-midi avec la hâte de pouvoir trouver quelques beaux mouillages, au sud du Portugal, dans la région de l’Algarve. C’est parti pour une nouvelle nuit en mer et 140MN au portant avec cette fois ci, normalement, du vent jusqu’à l’arrivée.

La descente est sportive : 25-30kn de vent, une grosse houle bien large de 3-4m nous glissons au portant à une moyenne de 7.3kn. En surf dans les vagues nous faisons même une pointe de vitesse à 13.2kn.

Gabin, comme à son habitude lorsqu’il y a de la houle, demande rapidement à aller se coucher et s’endort paisiblement dans sa bannette. Blanche, elle, trouve ça génial de faire du toboggan dans les vagues. « Maman, moi j’adore les grosses vagues surtout quand je suis pas malade ! » Laurent est comme un enfant devant son speedo guettant les valeurs qui augmentent à chaque surf dans les vagues « 8,9,10,11,12,13….13kn on a fait du 13kn !! » Quant à moi je suis juste ravie de ne pas être malade ! Et pris d’un élan de confiance, je pars même préparer le diner à l’intérieur.

 Par contre dans ces conditions, pour moi impossible de dormir. Le bateau vibre de partout malgré la trinquette mise à l’avant et les 2Ris pris dans la GV. Je n’arrive pas à me caler, c’est trop bruyant.

Laurent passe la nuit sereinement avec, cette fois n’est plus coutume, sa salopette étanche et une polaire car l’air est très humide cette nuit. Pour maintenir le cap il met les voiles en ciseaux et c’est le pilote qui tient la barre malgré ces conditions.

Vers 8h, nous passons le cap « Sao Vicente », la pointe la plus au sud-ouest du Portugal. La mer se lisse alors presque instantanément.

 Après cette nuit agitée, nous apprécions d’autant plus ce calme bien mérité. Nous longeons cette côte pour trouver un coin de mouillage bien protégé (il y a toujours 25kn de vent).

 Nous irons donc jusqu’à Alvor, mouillage que nous avait conseillé Jérôme et Michèle. Il s’agit d’une lagune, l’entrée se fait entre deux digues, puis il faut ensuite zigzaguer entre les nombreux bancs de sables. Deux bouées balisent un soit disant chenal qu’il ne faut surtout pas respecter au risque de s’échouer. 

Quelques bateaux n’osant pas s’aventurer dans cette lagune sont mouillés à l’entrée. 

 

Pour nous, hors de question de rester ici. Laurent est à la barre, les yeux rivés sur le sondeur. Je vais à l’avant pour le guider au travers dans bancs de sable, heureusement, les eaux sont transparentes et la marée montante.

Nous mouillons dans ce havre de paix et préparons un superbe petit déjeuner, que dis je… un banquet !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s