Traversée du Golfe de Gascogne

4 commentaires

P_20170424_190612

Après avoir passé quelques jours calmes et reposants à Belle-Ile, nous nous disons qu’il est temps de commencer réellement notre voyage !!

C’est décidé, nous appareillons demain matin pour à priori 3 jours et deux nuits de navigation. Les vents nous sont favorables, profitons-en ! En prévision de la nav, je prépare des sandwichs, une quiche et un gâteau car même si je ne compte pas être malade, je n’espère pas non plus pourvoir descendre à l’intérieur du bateau et cuisiner un bon petit plat pour toute la famille. Peut-être que ce jour arrivera dans un futur plus ou moins proche… Mais pour le moment soyons réaliste, le mal de mer est une possibilité qu’il me faut très sérieusement envisager pour cette première grosse navigation…

1er jour :

Il est 10h30 lorsque nous hissons haut la grand-voile et déroulons le génois. Le ciel est bleu et un vent d’E, N-E nous propulse à 7nds de moyenne, au largue, droit vers le sud !! Cette première journée se déroule sans encombre, les enfants jouent aux petites voitures, à la pâte à modeler, le soleil brille, seul le vent frais nous rappelle que nous ne sommes encore qu’au mois d’Avril.

P_20170418_143057

Blanche assiste émerveillée à son premier coucher de soleil tandis que Gabin lui s’endort paisiblement bercé dans mes bras. Laurent veillera toutes la nuit tandis que les enfants et moi dormirons paisiblement bercés par le roulis.

2eme jour :

Ce matin, les enfants trainent en pyjama et jouent à l’intérieur. Pour eux une nuit en merP_20170424_103333 aura suffi à être totalement amarinés. Même moi, je ne souffre pas du mal de mer, à condition de ne pas rester à l’intérieur si ce n’est pour dormir. Ce n’est qu’après le déjeuner, que nous avons tous pris dehors, que les choses se compliquent. Le vent forci ainsi que la houle, il n’est alors plus question pour les enfants de jouer à l’intérieur.

Gabin qui fait habituellement 2h de sieste ne dors que 30min et Blanche quant à elle refuse de dormir. Il va maintenant falloir s’occuper jusqu’à ce soir. Pas si simple avec cette grosse houle et ce vent froid !! Au programme nous aurons donc : jeux de ballon (le but étant de se faire des passes dans le cockpit sans envoyer le ballon dans l’eau), jeux de bulles (en plus avec ce vent pas besoin de souffler), observation de fou de bassan, puis nous mangeons des bonbons (si si, je vous promets c’est juste pour occuper les enfants)…

Bon là je crois que nous sommes à court d’idées, les enfants commencent à fatiguer, ils ronchonnent, chouinent et moi, je sens arriver à grand pas mes limites de résistances au mal de mer.

Bref vous l’aurez compris, la situation est à deux doigts de virer au drame… Mais c’était sans compter le timing impeccable de nos alliés les dauphins ! Ils arrivent par dizaines et sautent tout autour du bateau. En un clin d’œil, fatigue, froid et mal de mer laissent place à l’émerveillement et à la magie du moment… Les enfants sont aux anges et nous, ravis d’avoir échappés au chaos. La journée se termine ainsi sur une note positive et les enfants vont se coucher calmement. Laurent veille encore cette nuit pendant que je vais me coucher. Je profite de ce cadeau qu’il me fait car ça ne va pas durer bientôt moi aussi je devrais prendre des quarts de nuit.

P_20170424_132233

3eme jour :

                Le vent est complétement tombé pendant la nuit et cela fait déjà plusieurs heures que nous sommes au moteur. La houle s’est également bien aplanie. Je me lève pour relever Laurent de son quart, il est bien fatigué. Avant de sortir il me faut revêtir salopette étanche et veste de quart car il fait gris, froid et humide, il y a même un léger crachin. « Tu es sûr que nous arrivons en Espagne ? On se croirait plutôt à Brest ? » Nous ne sommes qu’à une vingtaine de miles de la côte espagnole et, pourtant, tout ce que l’on voit à l’horizon n’est que nuance de gris !!

P_20170425_132916

Arrivés à 5Mn des côtes je commence à entrapercevoir la terre. Se dessine alors au travers une brume épaisse une côte escarpée, me rappelant étrangement notre arrivée sur l’île de Sark (lors de notre précédent voyage en Angleterre). Même si les paysages sont similaires, les sensations, elles, sont bien différentes car une forte odeur se dégage de cette côte Espagnole. Elle sent la pinède ! Ressurgisses alors en moi une myriade de sensations, de souvenirs associés à cette odeur : les pins, la garrigue, les cigales, le soleil, la chaleur, LE SUD !! « Laurent, viens voir, terre en vue ! en plus elle sent merveilleusement bon, elle sent le chaud !! » Laurent s’extirpe alors de sa couette pour venir admirer le paysage. Puis il me regarde avec de grands yeux ébahis. « Mais il pleut ! T’es trempée ! Ça ne sent pas le chaud !! »

Les enfants jouent à l’intérieur, nous avons installé la cabane (pliante) dans le carré et elle rencontre un franc succès. Pendant ce temps, nous longeons cette côte brumeuse qui, se dit-on, doit certainement être très jolie. Ce n’est que vers 15h que nous arrivons dans la ria de La Corogne passant ainsi devant la Torre de Hercules censée guider les navigateurs vers la Corogne. Au moment où nous entrons dans le port, il se met à tomber des trombes d’eau !! C’est donc sous une pluie battante que nous nous amarrons en Terre Espagnole !! Finalement on nous l’avait bien dit, la Galice n’est pas si différente de la Bretagne !!

P_20170425_093256

Le petit mot de Laurent :

Côté technique, aucun problème n’est à déplorer après ces quelques 350Mn depuis le départ, fort heureusement d’ailleurs après 1 mois de préparation technique du bateau.

Notre nouveau pilote, installé peu avant le départ, nous donne pleinement satisfaction, nous n’avons pas eu à toucher la barre de tout le parcours. Position « AUTO » au départ de Belle Ile, et « STANDBY » en entrant à La Corogne. Quel plaisir ! Entre mode route, mode vent et réglage du gain, ces quelques ajustements au fur et à mesure des miles parcourus pour gérer notre route et la consommation du bord seront nos seules actions. De quoi s’occuper pleinement de la vie du bord et des enfants, pour que cette première navigation de l’année ne soit pas un mauvais souvenir de début de croisière !

P_20170426_152249_PN

 

4 comments on “Traversée du Golfe de Gascogne”

  1. Wahou ! Belle première navigation ! Merci les dauphins 😄
    Bravo pour la gestion des enfants et du mal de mer !
    Profitez bien de vos premiers jours en Espagne !
    Gros bisous.

    J'aime

  2. Magnifique description de cette traversée jusqu’en Espagne qui nous donne un goût d’ailleurs. Vraiment bravo à tous les deux de veiller si attentivement au bien-être des enfants. Dans un tel climat
    de confiance et de sécurité, votre périple ne peut que réussir. Bon repos en Galice et une pensée particulière à Laurent qui a mené son voilier de main de maître. Que Dieu vous bénisse et veille sur chacun (Esaïe 40 : 29) Amicalement Jean et Jacqueline

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s